Viejo, Solo y Puto

Pierre Planchenault
© Brenda Bianco
Pierre Planchenault

20, 21 & 22.11.2013 à 20h30

10 € / 1h30

Du metteur en scène Argentin Sergio Boris, pour la première fois en Europe
en Espagnol surtitré

Après plus de dix ans d’études en Pharmacie et Biochimie, Daniel, tout juste diplômé, arrive à la pharmacie tenue depuis toujours par son père et son frère Evaristo. Son père est en train de jouer au poker pour de l’argent avec ses amis. Il semble vouloir renoncer définitivement à son commerce. Daniel vient pour contrôler les affaires de la pharmacie, en faisant valoir le poids de l’entreprise. Mais dans cette pharmacie, ce n’est pas une nuit comme les autres. Une soirée festive s’improvise avec de la bière chaude, un peu de pizza et un fond de cumbia. Claudio, l’agent de publicité médicale, Evaristo et quelques travesties assidues à l’heure de s’injecter des hormones féminines, trinquent pour le diplôme de Daniel. En attendant une sortie en boîte qui ne démarre jamais, on débouche des bouteilles, on réclame des médicaments et les passions se prennent comme elles viennent, entre suçons et beignes. Les hormones qu’injecte le pharmacien aux travesties agissent comme le récit de ce que l’on ne peut arrêter de faire : se piquer et devenir accro. Des corps désireux et vicieux se déplacent dans un labyrinthe chimique. Viejo, solo y puto, relate l’histoire d’une soirée durant laquelle, après une dispute territoriale entre filles, jaillit furieusement l’amour.

Mise en scène Sergio Boris
Production Jorge Eiro, David Rubinstein
Costumes Gabriela A. Fernández
Scénographie Gabriela A. Fernández
Lumières Matías Sendón
Son Fernando Tur
Photographies Brenda Bianco

Avec Patricio Aramburu, Marcelo Ferrari, Darío Guersenzvaig, Federico Liss et David Rubinstein

« Avec Viejo, solo y puto, Sergio Boris foule ce territoire noctambule d’amours injectables, d’histoires interdites, de destins croisés et de désolation. »
Paula Buente, Llegas, 2011

Sergio Boris : comédien, metteur en scène, et dramaturge, il a joué dans Le pain de la folie mis en scène par Luciano Suardi, Un ennemi du peuple mis en scène par Sergio Renán, ou encore Le pêché qui ne peut pas être nommé et La pêche mis en scène par Ricardo Bartís. Au cinéma, il s’est est au générique de « Jean et Eva » de Paula de Luque, « L’étreinte brisée » de Daniel Burman ou encore « Diable » de Nicanor Loretti »... Il a reçu de nombreux Prix pour ses interprétations ainsi que pour ses mises en scène notamment pour Solo Viejo y puto pour lequel il se vit décerner par G .E .T .E .A, les prix de la meilleure mise en scène, meilleure scénographie (Gabriela Fernandez) et meilleur comédien (David Rubinstein).

Article(s) de presse: