Princes / Collectif Les bâtards dorés

19, 20, 21, 24 & 25.03.2015 à 20h30
THEATRE

10 € / 1h45

Librement inspiré de L'Idiot de Dostoïevski
Cinq comédiens ont choisi d’extraire quelques figures de ce roman foisonnant et d’incarner leurs envies d’amour, de communion, qu’elles cherchent à épancher dans la frénésie. Tous savent qu’ils sont condamnés, ou déjà morts. Le temps presse, il ne faut pas rater l’amour. La quête des personnages rejoint finalement le désir des acteurs de se rassembler autour d’un acte. Le collectif Les Bâtards Dorés se situe post roman, après la mort de Nastassia Filipovna.

"Nous travaillons ainsi : l’écriture est collective, la mise en scène est collective et nous sommes tous acteurs. Après de nombreuses recherches L’Idiot de Dostoïevski est apparu comme une évidence. Le propos du livre résonne profondément en nous, et la complexité de l’oeuvre permet une grande marge d’interprétation. En effet le but n’est pas de monter une adaptation de L’Idiot. Le but est d’avoir un terreau si fertile qu’il sera plus aisé d’y faire pousser notre parole. Dans notre société où l’on semble s’appliquer à tuer le mystère en l’élucidant ou en le raillant, nous sommes une jeunesse qui a soif de sacré. Nous sentons un vide en nous. Une case qu’avec le Théâtre il nous semble possible de remplir. L’Idiot parle de ce vide. D’une génération qui crie une soif de vie au sein d’une société morte. La vieille Russie de Dostoïevski. La vieille France d’aujourd’hui au sein de laquelle nous désirons nous réinventer." Les Batards dorés 

Avec Romain Grard (Hippolyte), Lisa Hours (Nastassia Filippovna), Christophe Montenez (Le prince Mychkine), Jules Sagot (Lebedev), Manuel Severi (Rogojine).
Texte, conception et mise en scène Les bâtards dorés
En coréalisation avec l'OARA et le TnBA. 
En partenariat avec l'Estba. 

Avec le soutien de l'ENSAD de Montpellier

La pièce – Le projet. cinq comédiens ont choisi de n’extraire du roman foisonnant que quelques Figures. Les Figures ont des envies d’amour, de communion, qu’elles cherchent à épancher dans une frénésie. Tous savent - Hippolyte phtisique au dernier stade en parlera dans un long monologue - qu’ils sont des condamnés à mort, ou déjà morts. Le temps presse, il ne faut pas rater l’amour. La quête des personnages rejoint ici celle des acteurs dans le désir de rassemblement autour d’un acte. La pièce démarre post roman, après la mort de Nastassia Filipovna. Différents tableaux sont donnés comme des moments à part entière, comme les morceaux d’un concert. Bien qu’un fil souterrain les relie les uns aux autres ils peuvent exister pour ce qu’ils sont. Chacun garde son autonomie. 

Le collectif. «Les bâtards dorés» est un groupe de réflexion fondé en 2013, un collectif réuni par un travail de recherche théâtrale, dont les moteurs sont : Romain Grard, Lisa Hours, Christophe Montenez, Jules Sagot et Manuel Severi. Son but, s’il y en a un, est de nouer des liens entre les différents acteurs. De partager et de créer ensemble pour ensuite, dans une même unité, se confronter à une écriture scénique. Le collectif démarre réellement son travail autour du projet « Princes » avec sa première résidence en octobre 2012. D’abord de passage à l’ENSAD de Montpellier cette année-là, il est par la suite accueilli à l’ESTBA de Bordeaux en 2013 à deux reprises.

Article(s) de presse: