Ne Plonge Pas

© Coline Gaulot
© Coline Gaulot
© Coline Gaulot

16.10.2014 > 19h
INSTALLATION

Entrée libre et gratuite

Ne plonge pas, Coline Gaulot
[Installation, Peinture, Plâtre, bois, Mai 2014]

Le temps d’un instant on oublie qui on est, ce pourquoi l’on est venu, le temps qu’il fait, ce qui entre en vue c’est ce qui s’offre à nos yeux. Ce que l’on voit, ce qui s’offre à notre rétine, ce sont des couleurs, des objets. Notre quotidien est rempli d’objets de couleurs, certaines ne sont pas saisissables.
Coline saisit dans ses souvenirs, dans ses désirs in-assouvis chacune de ses couleurs, chaque angle de ses objets.

Ce que l’on voit ne sort pas d’un atelier d’artiste, ce que vous voyez aujourd’hui sont des objets sortis d’un ailleurs.
La géographie du lieu ce soir est celle-ci, celle d’un ailleurs/meilleur.
Ce qui compte c’est la géographie de l’envie, du rêve et des désirs assouvis.
Ce soir avant d’être à la Manufacture, vous êtes dans un souvenir. Et à votre tour les images, les objets, les couleurs de cette exposition entreront dans vos souvenirs.
Si le présent n’existe pas -en tant que dès qu’il est prononcé il appartient déjà au vécu- il existe un passé et un futur.
On peut admirer le passé, le regretter, mais on ne peut que fantasmer un futur.
Coline se joue du temps, se fabrique une réalité. Ce qu’elle n’a pas, elle le façonne. Coline expérimente le temps en quantité, en qualité sans aucune avarice de générosité.
Coline vit et expérimente la peinture en tant que médium et médias. La peinture est aussi bien une matière, une couleur, un sentiment, un objet.
À la manière de la liste de courses avec laquelle vous rêveriez de remplir votre panier, elle remplit ses désirs et ses envies dans la représentation de ceux-ci. Ce qui compte au final ce n’est plus l’objet, mais sa représentation/son image.
Le fait de nommer les choses fait en sorte qu’elles existent (dans une certaine mesure).
Ce soir la piscine est là, ce soir ne plongez pas dans la piscine mais, dans son image. Ce soir, vous êtes celle/celui que vous voulez, celui que vous avez envie de fabriquer.
Quelque chose va se passer. Il se passe toujours quelque chose.
Émilie Aussir

- La piscine? Elle est à nous?
- Non, c'est aux voisins.
Et un jour j'ai décidé que j'irai quand même me baigner.
"Fais-moi rêver est le nom choisi du projet que je suis en train de formaliser, un nouveau processus d'expérimentation aussi bien dans la forme que dans le champ lexical de mon exploration. J’y projette d’objectiver l’ailleurs/meilleur. Il s’agit d’établir avec ce nouveau glossaire la poursuite d’une chose sublimement autre qui n’est foncièrement pas ici.
Cependant l’ailleurs/meilleur n’est pas seulement une question de situation géographique, c’est aussi une question de désirs matériels et humains, c’est emmener avec moi le spectateur dans un espace matérialisé qui assouvit les désirs cristallisés, les fantasmes artificialisés par l’époque. L’ailleurs/meilleur est une représentation jalousée du mieux irrévocablement lointain"

Coline Gaulot et Benjamin Cordazzo

Coline Gaulot est une artiste plasticienne félicitée de l’EBABX en 2012.  Elle créait en 2013, l’installation Bermudes pour la Cie La Chèvre Noire, qui lui permet d’élargir son champ d’expérimentation et d’entamer une collaboration avec la Manufacture Atlantique. L’aspect performatif de l’acte de fabrication est une exigence intime de l’artiste, permettant d’assimiler le corps comme outil de création, transportant le public dans un espace imaginé, un ailleurs, un meilleur. Le faire établit un protocole, l’artefact devient un sujet.