Même pas peur / cie les Lubies

10.06.2015 > 14h30 & 16h30 
GOUTER LITTERAIRE

5€

Construit sur le modèles des Banquets Littéraires, les Goûters Littéraires s’adressent au jeune public. La Cie Les Lubies a créé et imaginé pour le public maternelle un projet de goûter littéraire d’après le texte « Ravie » de Sandrine Roche, lui-même inspiré de La Petite Chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet.

Texte Ravie de Sandrine Roche aux éditions théâtrales jeunesse
Mise en scène Vincent Nadal et Sonia Millot
Avec Cécile Delacherie, Frederic Klein, Sonia Millot
Vidéo Erwin Chamard
Musique Hervé Rigaud

La cie Les Lubies travaillent à partir du texte de Sandrine Roche, RAVIE.
C'est lʼécriture réinventée de lʼhistoire de La chèvre de monsieur Seguin dʼAlphonse Daudet. Une histoire, qui, à sa manière, est aussi un conte. Sandrine Roche en écrit les peurs certes,mais aussi lʼirrépressible joie-jubilation de lʼaventure,de la liberté. Une écriture ambitieuse et audacieuse pour les enfants. Ravie est ainsi lʼhistoire de Blanquette, la septième chèvre de Monsieur Seguin. Blanquette se languit terriblement, enfermée dans lʼenclos de son maître. Elle a soif de liberté. Elle veut voir la montagne. Elle veut voir le loup ! Il faut dire que la nuit le choeur des chèvres (Renaude la poitevine, Kiko, Tennessee,Mohair, Rosa,…) lui dépeignent un loup séduisant et effrayant à la fois. Les récits alléchants de ses aînées, la rudesse, pétrie de couardise, de M.Seguin,poussent Blanquette à « tenter lʼaventure ». Sans renier la cruauté de ce conte –mais quel conte nʼest pas cruel ? Les enfants de 4 à 6 ans ont des rêves, des aspirations qui commencent à se forger, des peurs qui les contrebalancent. Leur fougue est celle de Blanquette. Ils reconnaîtront les archétypes et éléments récurrents de leurs contes familiers : lʼhéroïne (Blanquette) « le méchant » (M. Seguin), les ami-e-s (le choeur des chèvres), « les personnages insolites » (les sauvages chamois), « le mangeur» (le loup), la maison (lʼétable), la forêt (en haut de la montagne), la nuit, et bien évidemment le repas (le loup la mange). Les ingrédients dʼune aventure qui finit mal … sans être moralisatrice. Le chemin a une fin dans lʼhistoire, mais se prolonge dans lʼimaginaire de tous.

Article(s) de presse: