L'un l'autre

du 26 au 29.11.2014 > 17h58
THEATRE (CREATION)

en partenariat avec novart Bordeaux
 

1h / tarif unique 10€

Compagnie des Limbes 
Hors les Murs au Marché de Lerme
Ce duo entre théâtre et performance présente la traversée de deux hommes dans des paysages sensibles. Jeu de piste, qu'organise, en connivence, à la frontière du plateau, une troisième interprète. Des environnements sonores, visuels et olfactifs modifient la qualité sensorielle du moment. Ils ouvrent des espaces de rêveries et mettent les interprètes en mouvement, en chemin, au gré de séquences vocales, textuelles et chorégraphiques. L'instant vibre de réminiscences, comme autant d'indices d'une mémoire intime et collective. Des mots glanés au long du parcours font entendre un questionnement éthique et poétique: ici l'on fait retour sur Hiroshima par la lecture d'un extrait du journal « L'homme sur le pont » du philosophe Günther Anders, là on sonde la vie intérieure dans le jardin de poèmes d'Emily Dickinson. Cette création originale prendra corps au Marché de Lerme, lieu vitré de toutes parts, ''entre chien et loup'', précisément à 17h58. 

« Pour penser ce que nous appelons « paysage » non plus comme la « partie » de pays que la nature « présente » à un « observateur », selon sa définition ordinaire, mais en tant que ressource où vivre peut indéfiniment puiser »
François Jullien, Vivre de paysage ou L'impensé de la Raison.

De et avec Solene Arbel, Romain Jarry et Loïc Varanguien de Villepin
Textes de Günther Anders, Emily Dickinson
Scénographie olfactive Julie C Fortier
Plasticien Lumière Hervé Coqueret
Son Benjamin Wünsch

L'un l'autre from christine monlezun on Vimeo.

Teaser de "L'un l'autre". Compagnie des limbes. De et avec Solène Arbel, Romain Jarry, Loïc Varanguien de Villepin.

Les Limbes
Entre 2001 et 2013, Les Limbes réalisent plus de 12 mises en scène de textes de Virginia Woolf, Jon Fosse, Ghérasim Luca (No man's langue Novart 2008) ou encore Kurt Schwitters, mais aussi d'écritures du réel (Émersion Novart 2012).Notre théâtre s’élabore dans les marges du sens, aux frontières du langage, dans la transversalité des disciplines artistiques (théâtre, performance, poésie sonore, musique) et des genres littéraires (poésie, romans, théâtre, lettres). Centré autour de la question de la voix et du poème, le théâtre des limbes est une aventure de l’écoute. Il se nourrit d’une réflexion sur le langage et vise à rendre sensible, perceptible, la manière dont l’oralité d’une écriture transforme la scène et le moment. Un art de la suggestion, une lecture ouverte de l’oeuvre, dans laquelle le spectateur en écoutant co-énonce ce qui se dit, n’est plus le destinataire mais devient le partenaire d’une œuvre en train de se créer, d’une transformation en cours. Le travail avec l’acteur est essentiel et premier pour nous. Il engage une recherche sur la disponibilité à écouter tout ce que fait une parole (rythme, prosodie, sons, silences) à être réceptif à la multiplicité du sens, à l’écoute par tous les pores de la peau de la corporalité particulière d’une écriture.  Il n’impose pas d’intention mais livre passage à des rapports corps/langage, des intensités, des saveurs du sens, des sensations. Le son, la lumière et l’espace sont pensés du point de vue d’une poétique, ne représentent pas l’action mais déploient le rythme, l’invention spécifique d’un langage. Épures d’espaces climatiques, écritures de la lumière en relation avec la voix et le rythme du poème, poétique de l’infime, densité et réceptivité des acteurs, ralentis, gros plans, enveloppes sonores, pourraient constituer quelques traits distinctifs de cette écriture scénique.

Production Compagnie des Limbes
Soutiens Les Bazis (09), Association Omnibus (65)
En co- organisation avec La Manufacture Atlantique, Novart Bordeaux et l'OARA (Office Artistique de la Région Aquitaine)
La compagnie est subventionnée par le Conseil Régional d'Aquitaine et le Conseil Général de la Gironde. Structure soutenue par la mairie de Bordeaux