DanceWalk / Marche chorégraphiée participative

17 novembre > 18h
Place du Général Sarrail - 33000 Bordeaux

Entrée / participation libre

Dans le cadre de Déprogrammation - 17 Novembre - 3 Décembre 2017

DANCEWALK - TEOFILO O’BAWIM-DIF

 

Dancewalk | Performance participative

La « dancewalk » est une phrase de danse de plusieurs kilomètres qui utilise la marche comme base chorégraphique. Ce désir d’« étirer le temps et l’espace de la danse » avait déjà donné naissance, il y a 15 ans, à la « dancerun », sorte de course dansée ancêtre de la « dancewalk ». Avec cette dernière, la danse devient un tracé chorégraphique sur une carte de géographie qui pense le mouvement en termes de jours et de dizaines de kilomètres. Les amateurs (ou « spectacteurs ») sont conviés à rejoindre les « dancewalkers » dans leurs pérégrinations pour les encourager ou, mieux encore, s’essayer à la dancewalk. De courtes pauses seront ménagées pour se rafraîchir et se rencontrer. A l’arrivée de la parade en soirée, la public pourra partager un moment de convivialité avec les artistes afin de voir les moments les plus marquants de la journée et d’échanger sur la question de la mobilité.

**********

Teofilo O’bawim-Dif

Teofilo O’bawim-Dif, de son vrai nom Frédéric Gafner, est né à Genève en 1969. Fils de deux danseurs étoiles, il commence la danse à l’âge de 8 ans, et s’y consacre entièrement à partir de 15 ans. Comparé par la presse allemande à Mikhaïl Barychnikov, il est engagé de 1987 à 1990 dans le Stuttgart Ballet dirigé par Marcia Haydée. En 1991, il intègre la Merce Cunningham Dance Company, qu’il quitte en 1998 pour entamer une recherche chorégraphique personnelle : il prend alors le nom de Teofilo O’bawim-Dif et fonde la compagnie Neopostist Ahrrt, pour élaborer des chorégraphies basées sur la danse, l’image et le son vidéo, et le texte. Il étudie le rapport entre danse et sport et invente la « dancerun », activité hybride entre course et danse sur plusieurs kilomètres, soit sur scène (Perform.dancerun.2, 2003), soit en extérieur (Kilometrix.dancerun.4, 2003). Ses créations envisagent aussi bien le lien entre public et œuvre chorégraphique (Quai du Sujet, 2007 ; The Making of Spectacles, 2008) que le corps numérique (Media Vice Versa, 2002 ; Avatar Dance Series et Second Live Series (vidéos) ; BodyToys, 2007) ou l’historicité du corps dansant (de descendansce, 2000, à Histoires condansées en 2011).